free sex porn
free porn sites
black pussy
best free porn sites
cartoon porn
Configurations Error(!)
Arcuelh LIBERTAT C'EST QUOI ?
Libertat qu'es aquò ?

LIBERTAT en quauquas questions

PDF

Dim lights

En français à la suite.

1-Qu'es aquò LIBERTAT ? Libertat ei un movement politic qui luta per la liberacion sociau e nacionau deu pòble en Occitania e dens lo monde. Lo movement estó creat en 2009 dab l'objectiu d'amassar los diferents grops existents, en tornar pensar sancerament lo noste biais de comunicar e de fonccionar.

2-Que reivendicatz per Occitània ? Purmèr los militants de Libertat arreconeishen l'existéncia d'Occitania, compausada d'un territòri istoric definit per la lenga d'òc, e un pòble qui despuish bèra pausa los drets fondamentaus ne son pas respectats. Lutam per nostes drets linguistics per que l'occitan se podosse espandir en la societat sancèra, mes l'essenciau deu noste combat se pòt resumir per lo « víver e decidir au país ». Devem decidir tots amassas de tot çò qui pertòca la vita vitanta. Èm evidentament solidaris de tots los pòbles en luta en lo monde mes pensam que la luta comença on demoram.

3-Etz un movement etnic ? Briga. Estar occitan significa tot simplament víver en Occitania e arreconéisher la realitat deu país, ei aderir a valors comunas de toleréncia, de respècte, de patz e de justícia. Occitània ei pas jamèi estada un ensemble etnic pròpri e los qui l'afirman coneishen pas l'istòria deu país. Per LIBERTAT, n'i a pas besonh de papèr per estar occitan. Occitània ei ua tèrra plurala e multiculturala, LIBERTAT ne'n vòu estar lo miralh. Noste eslogan: visca la mesclanha !

4-Donc n'etz pas anti-francés ? Segur que non ! Hèm la diferéncia enter l'Estat francés e lo pòble francés. Lo pòble francés ei victima com nosauts d'aqueth sistèma capitalista e estatista.Un francés qu'a de segur tota sa plaça en LIBERTAT tant qu'arreconeish l'existéncia deu pòble occitan e lo dret a l'autodeterminacion. Com l'avem jà dit, tot lo monde se pòt e se dèu tornar trobar en lo noste projècte. Tots los ciutadans d'Exagòne dèven uei botar en causa l'istòria imperialista e colonialista de França. Ei segon nosauts la sola solucion per deishar l'istòria mitificada que nos impausa l'eleit francésa despuish decadas.

5-E la question de la lenga, los militants dèven parlar l'occitan ? Los non occitanofònes son hòrrabandits ? Prenem en compte la situacion deus occitans qui mei anar mensh saben la lenga, en per'mor d'ua politica volontariament linguicida. Volem estar en fada dab la realitat de uei, e atau cadun pòt militar dens LIBERTAT shens conéisher l'occitan. De l'auta part insistim sus la necessitat d'apréner e d'utilizar la lenga lo mei possible per'mor ei la sola faiçon de sauvar la, e de li tornar balhar sa plaça dens la societat, tot simplament.

6-Mes perqué parlar occitan a l'epòca de la globalizacion e de l'obertura, mentre que la lenga ei mensh parlada ? N'ei pas un combat perdut per avança ? La diversitat ei un riquèr: ua lenga, ua cultura qui desapareish ei ua catastròfa per l'umanitat. Uei l'occitan ei dens un maishant estat. Totun ia de causas positivas, notadament l'espandiment de la question occitana en la societat e la reconeishénça deu plan-hèit deu bilinguisme per los mainats.

Parlar occitan n'ei pas s'acrocar sus sa cultura mes s'ubrir sus las autas. Ligams evidents existeishen dab las autas lengas latinas. Aquò tanben hè partit de l'esperit d'aqueth país, de son istòria tot simplament.

Dab aqueras consideracions culturalas e umanistas, vedem tanben l'occitan com ua possibilitat mei de lutar contra la globalizacion e l'uniformizacion capitalista. Ei per nosauts ua lenga de resisténcia a ua volontat impausada. A l'entorn d'aqueth combat politic per la diversitat culturala, juntam numerós pòbles a truvèrs lo monde: curdes, mapuches, catalans, bretons, kanaks etc. Participam a ua luta mondiau per ua umanitat plurala, per mantuns mondes com disen los zapatistas.

7-Mes lo « víver e decidir au país » ei pas reaccionari uei dens aqueth monde globalizat ? Non au contra, la globalizacion actuala confirma uei lo contraròtle totau deu capitalisme e de la dominacion de l'uman per l'uman. Lo sistèma politic en lo quau vivem ei de revolucionar per'mor serveish pas a d'arren de legitimar un sistèma economic qui ei uei dens ua carrèra bòrnha.

En Occitània com dens d'autas paises, la democracia se pòt pas practicar plenament per'mor lo pòble a pas nat espaci concret de discussion e de decision. Los centres de poder dèven estar relocalizats e non pas centralizats a Paris o Brussèlas en quauquas tors d'evòri.

Au truvèrs deu « víver » volem afirmar lo dret de demorar on èm se lo volèm, shens estar forçat d'emigrar. Aquò vòu díser que cau botar en plaça un sistèma juste qui permet a tots de víver de faiçon decenta. Sabem tots lo malur per cada imigrat forçat de deishar son país per subervíver. En lo medish temps cadun dèu estar libre de's mudar: culturas e experiéncias se dèven encontrar e escambiar.

8-Doncas refusatz pas l'emigracion, mes quau ei vòsta punt de vista sus la question deus shens papèrs ? Ei evident que sostenem los shens papèrs en luta en Occitània e alhors, defendem lor regularizacion per que cadun posca beneficiar deus medishs drets, aquò tant que los papèrs seràn necessaris. Ei ua necessitat de sostiéner los òmis e las hemnas qui sofreishan mei que mei quan ei directament ligat a l'espleitacion capitalista. Mes ei tanben indispensable de cambiar aqueth monde per que cadun e posca espelí's on vòu.

9-Torni sus vòste nom: perqué d' « esquèrra » ? ei pas ua error mentre que l'esquèrra ei a se delitar ? Per nosauts, « esquèrra » ei lo ligam enter lo apssat de luta revolucionària e emancipatora dab lo quau e s'arretrobam, e lo present. Non seré pas oportun de deishar aquera denominacion a movements que son uei raligats a l'ideau capitalista. Volem balhar un esper naveth au pòble d'esquèrra trahidat peus sons capdaus despuish tostemps.

10-Justament, LIBERTAT se reivendica de l'eretatge revolucionari mes arrefusa de se reivendicar d'ua ideologia particulara. Perqué ? LIBERTAT ei un conglomerat d'ideas, de percepcions, d'experiéncias diferentas. Ei ua causida qu'avem hèit desempuish lo debut. Aquò balha un movement plurau e ric de debats. Volem anar delà deus despartiments d'organizacion e d'ideologia qui roeinan los movements d'emancipacion eu Euròpa. Avem besonh uei d'un movement especificament occitan qui se pòt inspirar deu passat de luta en inovar, en demorar en fasa dab la realitat actuala.

11-Concretament, que hètz per har avançar las causas ? LIBERTAT s'ei creat per aucupar tot los domènios de luta. Volem tanben establir un ligam perpetuau enter la question occitana e la question sociala. Tribalham activament a un projècte de societat navèra, un projècte de sosméter au monde qui pòt respóner aus besonhs de las populacions.

Èm animat per un ric debat sus la question electorala. Causa segura: volem participar a la vita politica institucionau locau en tot estar conscient deus dangèrs que pòt crear. Ei mei que mei ua possibilitat per nosauts de har espelir ua fòrça populara e radicala en Occitània.

Vos esperam totas e tots !

 

 

 

Version française

 

1-Qu'est-ce que LIBERTAT ? Libertat est un mouvement politique qui se bat pour la libération sociale et nationale du peuple en Occitanie et dans le monde. Le mouvement s'est créé en 2009 dans le but de regrouper les différents groupes existants à l'époque, en repensant totalement notre façon de communiquer et de fonctionner.

2-Que revendiquer-vous pour l'Occitanie ? Les militants de LIBERTAT reconnaissent l'existence de l'Occitanie, composée d'un territoire historique définit par la langue occitane, et un peuple qui depuis longtemps ne voit pas respectés ses droits fondamentaux. Nous nous battons pour nos droits linguistiques, afin que l'occitan puisse s'épanouir dans toutes les strates de la société, mais l'essentiel de notre combat se situe dans le « vivre et décider au pays », pour que nous puissions décider tous ensemble de tout ce qui concerne notre vie. Nous sommes évidemment solidaires de tous les peuples en lutte dans le monde mais nous pensons que la lutte commence là où nous vivons.

3-Êtes-vous un mouvement ethnique? Pas du tout, être occitan c'est tout simplement vivre en Occitanie et reconnaître la réalité de ce pays, c'est adhérer à des valeurs communes de tolérance, de respect, de paix, de justice. L'Occitanie n'a jamais constitué un ensemble ethnique propre et ceux qui l'affirment ne connaissent tout simplement pas son histoire. Pour LIBERTAT, il n'y a pas besoin de papier pour être occitan. L'Occitanie est une terre plurielle et multi culturelle, LIBERTAT en est ce reflet ou tend à le devenir. Notre slogan: Òsca la mesclanha ! (vive le mélange !).

4-Donc vous n'êtes pas anti-français? Bien sur que non ! Nous faisons la différence entre l'Etat français et le peuple français. Le peuple français est victime comme nous de ce système capitaliste et étatiste. Un français a évidemment toute sa place dans LIBERTAT tant qu'il reconnaît l'existence du peuple occitan et le droit à l'autodétermination. Comme nous l'avons dit tout le monde peut et doit se retrouver dans notre projet. Tous les citoyens de l'Hexagone dans leur ensemble doivent aujourd'hui remettre en cause l'Histoire impérialiste et coloniale de la France. C'est selon nous la seule solution pour rompre avec l'Histoire mythifiée que nous impose l'élite française depuis des décennies.

5-Et la question de la langue, les militants doivent-ils parler occitan ? Les non-occitanophones sont-ils exclus? Nous prenons acte du fait que les occitans savent de moins en moins leur langue, conséquence d'une politique volontairement linguicide. Nous nous voulons ouvert et en phase avec notre réalité, et de ce fait chacunE peut militer dans LIBERTAT sans connaître l'occitan. Parallèlement nous insistons sur la nécessité d'apprendre et d'utiliser la langue le plus possible car c'est la seule façon de la sauver et de lui rendre sa place dans la société, tout simplement !

6-Mais pourquoi parler occitan alors que l'heure est à la globalisation et à l'ouverture, et que la langue est de moins en moins parlée. N'est-ce pas un combat perdu d'avance ? La diversité est une richesse: une langue, une culture qui disparaît est une catastrophe pour l'Humanité. Aujourd'hui l'occitan est dans une très mauvaise posture. Cependant des signes prometteurs s'annoncent, notamment l'apparition de la question occitane dans la société et le bienfait reconnu du bilinguisme pour les enfants.

Premièrement, parler occitan n'est pas se renfermer sur sa culture mais s'ouvrir sur beaucoup d'autres. Des ponts inévitables sont bâtis avec les autres langues latines. Cela fait aussi partie de l'âme de ce pays, de son histoire tout simplement.

A côté de ces considérations culturelles et humanistes, nous voyons l'occitan comme une possibilité supplémentaire de lutter contre la globalisation et l'uniformisation capitaliste. C'est pour nous une langue de résistance à une volonté imposée. Avec ce combat politique autour de la diversité culturelle nous rejoignons de nombreux peuples à travers le monde: kurdes, mapuches, catalans, bretons, kanaks etc. Nous participons à une lutte mondiale pour une humanité plurielle, pour plusieurs mondes comme disent les zapatistes.

7-Mais le « vivre et décider au pays » n'est-il pas réactionnaire aujourd'hui au sein de ce monde globalisé ? Non au contraire, la globalisation actuelle vient parachever le contrôle total du capitalisme et de la domination de l'humain par humain. Le système politique dans lequel nous vivons est à révolutionner car aujourd'hui il ne sert qu'à légitimer un système économique qui va droit dans l'impasse.

En Occitanie comme dans bien d'autres pays, la démocratie ne peut s'exercer pleinement car le peuple ne possède aucun espace concret de discussion et de décision. Les centres de pouvoir doivent être relocalisés et non plus centralisés à Paris ou à Bruxelles dans quelques tours d'ivoire.

Dans le « vivre » nous entendons le droit pour tous de demeurer là où on est né si on le désire, sans être contraint à l'immigration Cela implique évidemment la mise en place d'un système juste qui permet à tous de vivre décemment. Nous savons la déchirure que vit chaque immigré forcé de quitter son pays pour survivre. Dans le même temps chacun doit pouvoir être libre de ces déplacements: cultures et expériences doivent pouvoir se rencontrer et échanger à souhait.

8- Donc vous ne refusez pas l'immigration, mais quelle est votre vision sur la question des sans-papiers ? Il est évident que nous soutenons les sans-papiers en lutte en Occitanie ou ailleurs, nous sommes pour leur régularisation afin que chacun puisse bénéficier des mêmes droits, ce tant que les papiers sont nécessaires. C'est une nécessité de soutenir les hommes et les femmes en souffrance surtout quand ces causes sont directement liées à l'exploitation capitaliste. Mais il est tout aussi indispensable de changer ce monde pour que chacun puisse vivre et s'épanouir où il le désire.

9-Revenons sur votre nom: pourquoi de « gauche » ? N'est ce pas une erreur alors que la gauche est en pleine déliquescence ? Pour nous « gauche » signifie le lien entre le passé de lutte révolutionnaire et émancipatrice dont LIBERTAT se revendique, et notre présent commun. Il serait inconscient de laisser cette dénomination à des mouvements qui se sont aujourd'hui ralliés à l'idéal capitaliste. Nous voulons donner un nouvel espoir au peuple de gauche trahit depuis toujours par ses chefs.

10-Justement LIBERTAT se revendique d'un héritage révolutionnaire mais refuse de se revendiquer d'une idéologie particulière, pourquoi ? LIBERTAT est la rencontre d'idées, de perceptions et d'expériences multiples. C'est un choix que nous avons fait depuis le début. Cela rend notre organisation plurielle et riche en débats. Nous voulons dépasser les clivages d'organisation et d'idéologie qui ruinent les mouvements d'émancipation en Europe. Nous avons besoin aujourd'hui d'un mouvement spécifiquement occitan qui s'inspire du passé de lutte tout en innovant, en étant en phase avec la réalité actuelle.


11-Concrètement, que faites-vous pour faire avancer les choses ? LIBERTAT s'est créé pour occuper tous les terrains de la lutte. Nous voulons aussi établir une jonction perpétuelle entre la question occitane et la question sociale. Nous travaillons activement à un projet de nouvelle société, un projet à soumettre aux gens, qui réponde aux besoins des populations.

Un riche débat nous anime sur la question électorale. Nous ne vous cacherons pas que nous voulons participer à la vie politique institutionnelle locale tout en étant conscients des dangers qu'elle comporte. Nous y voyons surtout la possibilité de faire émerger une force populaire, radicale et occitane.

Nous vous attendons toutes et tous !

 

Veuillez svp indiquer le montant

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

festenal de montcuc 2011



Nouveautés

25 de noveme, Jornada internacionau au contra de las violéncias cap a las hemnas : un jorn n'es pas pro, lutam cada dia au contra deu patriarcat !

Aquesta annada, e malurosament com cada annada, lo noste devís ne serà pas hòrt originau pr'amor las causas evoluan tròp chic a chic, quan evoluan. Aquest dia, lo 25 de noveme de 2011, lo chiffre testimonian enqüèra e totjorn d'ua violéncia totjorn autant grana com las annadas passadas cap a las hemnas. Las causas son autant similars qu'avossim podut publicar lo medish tèxte com l'an passat...

A, non, vertat, l'an passat que's parlava d'ua campanha menada per l'estat francés au contra deus forçaments. Campanha que sembla plan ne pas aver cambiar las causas...

Lavetz, devís negatiu, pessimisme deus grans, vision resignada de las hemnas de Libertat ?

NANI ! Sonque que, tà nosautas, lo feminisme « institucionau » a muishat las soas limitas despuish bèth temps, en realitat, n'i avem pas jamei tròp credut ! N'avem d'alhors pas esperat 2011 entad arrefusar d'estar mitat de hemnas, e lo « damisèla » qu'ac regetam despuish bèth temps !

Luenh de nosautas l'idea de tot torna hicar en causa, e obrir peleja au mitan deus diferents corrents deu feminisme.

Mes, totun, pensam, e quitament reïvindicam, lo hèit que lo sexisme es un problèma de societat, solide, mes, mei que mei, qu'es la frut poirit d'un sistèma deus poirits eth-tanben !

Pensam que lo caminament positius deus comportaments de las e cap a las hemnas ne podossin pas cambiar shens ua viradissa radicau de la societat, shens la fin de l'opression quina que sia. La crisi actuau n'es ua mòstra de las bèras, pr'amor un còp mei vedem que las que'n pateishen lo mei e son plan las hemnas...

Lire la suite...