black porn videos
free porn tube
free porn downloads
black porn
best hd porn
Configurations Error(!)
Arcuelh DOCUMENTS Archives (Anaram Au Patac - Hartèra - Combat d'Òc) CONSTITUCION EUROPÈA... QUE NANI !(le non à la consitution européenne)

CONSTITUCION EUROPÈA... QUE NANI !(le non à la consitution européenne)


 

http://pagesperso-orange.fr/anaram/europa3.gif

Anaram qu'ei tà un Non occitan d'esquèrra!

Lo « NANI » qu'eslorí per Occitània per las setmanas escorrudas. Lo « Votem NANI a la constitucion » qu'a ganhat las parets, los mercats, las pòrtas de las enterpresas, en fòrma d'aficas, de fuelhs e de brocaduras. Qu'ei la campanha e la contribucion d'ANARAM AU PATAC, movement revolucionari de l'esquèrra occitana, a la reflexion sus l'Euròpa de uei e de doman.

A.A.P. qu'examina aqueth tractat constitucionau dab lo mei gran seriós. Atau, que nse'n testimonian la brocadura e la revista « HAR/FAR » hens las quaus son explicats los punts qui acampan las rasons fondamentaus de la nosta crida a votar non. Enfrut de l'estudi e de la reflexion deus nostes militants, la nosta pausicion que s'empara sus la coneishença deu tèxte. Ne l'i ei pas ua oposicion ni a priorí, ni sistematica. Que resulta deu hèit que los militants an pres tota la mesura, d'ua part de l'importància de la construccion europèa e d'auta part deu dangèr qu'arrepresenta la via hens laquau los gavidaires europèus e deus Estats sòcis e temptan de ns'entrainar e dab nosauts las generacions a viéner. Lo contiengut economic e politic d'aquera constitucion qu'ei mei que jamei pausada. Los partisans deu òc n'i pòden pas escapar. D'ara enlà qu'an de rénder compte. Los pòbles que's pausan questions. Qu'atenen responsas claras. Que i a dejà aquí la volentat de decidir quina Euròpa e'ns hè hrèita.

En tant que movement revolucionari de l'esquèrra occitana, com defensaire deus drets nacionaus e sociaus deu pòble occitan, pr'amor d'aqueth combat e deus nostes drets denegats qu'avem pagerat lo tèxte. Lo noste constat qu'estó immediat. Com Occitan-as, pòble e nacion shens Estat, e com tots los autes pòbles shens Estat, n'èm pas hens lo tèxte. Ce tà díser que n'èm pas arreconeishuts com taus e solide nat dret ligat a la nosta identitat n'ei pres en compte.

Aquò que signifia que los nostes drets lingüistics, (dret a la lenga occitana com lenga nacionau, oficiau e purmèra, dret au son ensenhament - dret a l'ensenhament en la lenga de la mairau tà l'universitat - dret a l'expression de la nosta cultura nacionau, dret a l'autodeterminacion, a la nosta unitat nationau e politicò-territoriau per delà las termièras etaticas e deus talhucatges regionaus, que son estofadas per aquera capa politica, juridica e ideologica qui's vien suberpausar a la politica ostila, imperialista, nacionalista e melicosa de l'Estat francés e deus sons gavidaires de dreta com d'esquèrra.

Qu'ei pr'amor d'aquò qu'aqueth tractat qui fixa las termièras etaticas e las considèra com immudablas, qu'ei pregondament reaccionari e imperialista. Que denega los pòbles shens Estat e los lors drets fondamentaus. Ne's pòt pas acceptar.

Aquera Euròpa qui s'anóncia, que'n coneishen dejà la cara. Qu'ei la de l'espleitacion, de las opressions, de las repressions, deu brut de las bòtas pròpis aus regimes qui vòlen har carar los pòbles au dehens com au dehòra.

Lo « mandat d'arrèst europèu », qui ni a dreta ni a esquèrra ne contestan l'existéncia, los nostes hrairs bascos que l'experimentan dejà. Atau se hè lo perqué qu'estó apitat : la repression deus patriòtes deus pòbles shens Estat qui's lhevan entà's har enténer, los revolucionaris, los progressistas. Qu'ei ua arma contra la solidaritat internacionalista. L'aumentacion deus collaboradors de las polícias e de las « justícias », lo dret d'ingeréncia militara, la corsa a l'armament e l'aleujança a l'OTAN que completan aqueth arsenal repressiu.

Botat en perspectiva dab los quauques principis democratics enonciats en abansdíser, que'us reduseishen a intencions de las bèras, tà non pas díser simpla podra aus uelhs, destinada a estujar aquera realitat chic lusenta.

Lo « paradís » capitalò-imperialista en la soa fòrma liberau la mei despietadosa qu'ei la perspectiva qui ns'ei auherida e en la quau e'ns vòlen embarrar shens nada possibilitat de tornar a l'endarrèr : libertat shens en·hèrrias de nat ordi entaus profieits, arredusida deus drets deus tribalhadors e deus pòbles dab los pòbles shens Estat, regression sociau planificada, moralisme deus cuus senhats contra las hemnas e la libra disposition deu lor còs, ...

Tà çò qui ei deus montatges divèrs a l'entorn deu Parlament, de la Comission e autas instàncias, que consacrarén la despossedida deus pòbles de tot poder e que serén ua democracia d'engana. Tà çò qui ei d'ua revision eventuau deu tractat a la demanda deus pòbles, que seré encadenassada e sosmetuda au bon voler d'ua Comission non elegida au sufratge universau dirècte, au servici deus gavidaires deus Estats sòcis !!!

Aquera Euròpa qu'ei tot sonque democratica, populara, pacifica, progressista. Tà çò qui ei deu son caractèr laíc, que'n podem dobtar. Totun s'avem escapat hens aqueth tèxte « a las socas crestianas de l'Euròpa », ne podem qu'estar revoltats deus agís deus gavidaires e deus mediàs au lor servici quan se morí lo Papa.

Chic de pòbles qu'an l'escaduda de prononcià's dirèctament sus aqueth tractat constitucionau. Pròva de la mau·hidença d'uns gavidaires d'Estats membres. Qu'ac comprenem quan nse brembam de l'abstencion hòrta puish deu rapide desencantament deus pòbles deus navèths país sòcis aus quaus avón promés bonur e libertat.

Tà nosauts, qu'ei tròp. Aqueths punts que constitueishen la linha de rompedura, los punts necessaris e sufisents tà regetar un tau tèxte.

Tà d'aqueras rasons, lo noste NANI que's singulariza deu non soberanista de dreta com d'esquèrra. Que's singulariza tanben deu non d'ua esquèrra e d'ua suberesquèrra francesas entorceligadas en concepcions jacobinistas dab las quaus que deveràn arrómper.

Dab aquera campanha anti-tractat constitucionau, l'organizacion ANARAM AU PATAC qu'a l'escaduda de botar en davant las vistas suu combat occitanista a miar, sus la societat occitana, sus Occitània libra, unida e reconeishuda. Qu'a tanben l'ambicion de contribuir a la critica radicau deu poder, de las soas arradits istoricas, ideologicas, etnicas, lingüisticas, culturaus e politicas.

N'èm pas sols sus aquesta via, lo 1èr de mai passat que n'a testimoniat dab la preséncia aus nostes costats deus Bretons de Emgann, deus Catalans de En Davant, deus Castilhans de Izquierda Castillana, deus Aragonés de Chobenalla Aragonesista e deus Bascos d'Ezezkoaren Aldeko Ekimena, entà har víver en aqueth encontre vertaderament internacionalista, l'embrion d'ua auta Euròpa solidara, respectuosa deus pòbles.

L'Euròpa qui ns'ei perpausada non da pas nat balanç, nada aviada, qu'ei lo mensh que'n posquiam díser. La malícia sociau, las resisténcias politicas e culturaus que creishen de cap a ua pauperizacion de massa vertadèra. Que hè hrèita aus pòbles ua vita decenta, non acaparaira de las riquessas deus país en via de desvolopament e non destructora de l'enviroament, la democracia. Votar NANI qu'ei tà la nosta organizacion ANARAM AU PATAC un moment important de la resisténcia a bastir e de luta tà la nosta libertat, a nosauts pòble occitan e tà la de tots los pòbles dab o shens Estat.

 


Anaram est pour un Non


occitan de gauche

 


« NANI » a fleuri à travers l'Occitanie ces dernières semaines. Le « Votem NANI a la constitucion » s'est répandu sur les murs, les marchés, les portes des entreprises, sous la forme d'affiches, de tracts et de brochures. C'est la campagne et la contribution d'ANARAM AU PATAC, mouvement révolutionnaire de la gauche occitane, à la réflexion sur l'Europe d'aujourd'hui et de demain.

C'est avec le plus grand sérieux qu'A.A.P prend en compte ce traité constitutionnel sur lequel nous sommes appelés à nous prononcer. Ainsi, en témoigne notre brochure et notre revue « HAR » dans lesquelles sont expliqués les points qui pour nous constituent les raisons fondamentales de notre appel à voter non. Fruit de l'étude et de la réflexion de nos militants, notre position repose sur la connaissance du texte en question. Elle ne lui est pas une opposition a priori et systématique. Elle résulte du fait que nos militants ont pris toute la mesure d'une part de l'importance de la construction européenne et d'autre part du danger que représente la voie dans laquelle les gouvernants européens et des Etats membres tentent de nous entraîner et avec nous les générations futures. Le contenu économique et politique de cette construction est plus que jamais posé. Les partisans du oui ne peuvent y échapper. Ils ont d'ores et déjà à rendre compte. Les peuples se posent des questions. Ils attendent des réponses claires. Il y a là déjà la volonté de décider de quelle Europe nous avons besoin.

En tant que mouvement révolutionnaire de la gauche occitane, donc en tant que défenseur des droits nationaux et sociaux du peuple occitan, c'est à l'aune de ce combat et de nos droits niés que nous avons d'abord apprécié le texte. Notre constat a été immédiat. En tant qu'Occitans, peuple et nation sans Etat, et comme tous les autres peuples sans Etat, nous ne figurons pas dans le texte. C'est-à-dire que nous ne sommes pas reconnus en tant que tels et bien évidemment aucun droit attaché à notre identité n'y est pris en compte.

Cela signifie que nos droits linguistiques, (droit à la langue occitane comme langue nationale, officielle et première, droit à son enseignement - droit à l'enseignement dans la langue de la maternelle à l'université - droit à l'expression de notre culture nationale, droit à l'autodétermination, à notre unité nationale et politico-territoriale par delà les frontières étatiques et les découpages régionaux) sont étouffés par cette chape politique, juridique et idéologique qui vient se superposer à la politique hostile, impérialiste, nationaliste et chauvine de l'Etat français et de ses gouvernants de droite comme de gauche.

C'est pour ces raisons que ce traité qui fixe les frontières étatiques et les considère intangibles, est profondément réactionnaire et impérialiste. Il nie les peuples sans Etat et leurs droits fondamentaux. C'est pourquoi il est pour nous inacceptable.

Cette Europe qui s'annonce, on en connaît déjà le visage. C'est celui de l'exploitation, des oppressions, des répressions, des bruits de bottes propres aux régimes qui veulent faire taire les peuples en leur sein comme à l'extérieur.

Le « mandat d'arrêt européen », dont ni à droite ni à gauche on ne conteste l'existence, nos frères basques l'expérimentent déjà. Ainsi apparaît bien ce pourquoi il a été mis en place : la répression des patriotes des peuples sans Etat qui se lèvent pour faire entendre leur voix, les révolutionnaires, les progressistes. C'est une arme contre la solidarité internationaliste. L'intensification des collaborations des polices et des « justices », le droit d'ingérence militaire, la course à l'armement et l'allégeance à l'OTAN complètent cet arsenal répressif.

Mis en perspective avec les quelques principes démocratiques énoncés en préambule, ils les réduisent à de belles intentions, pour ne pas dire à de la simple poudre aux yeux, destinée à masquer cette réalité peu reluisante.

Le « paradis » capitalo-impérialiste dans sa forme libérale la plus impitoyable c'est la perspective qui nous est offerte et dans laquelle on veut nous enfermer sans possibilité de retour : liberté sans entrave d'aucune sorte pour les profits, réduction des droits des travailleurs et des peuples y compris les peuples sans Etat, régression sociale planifiée, moralisme des culs bénits contre les femmes et la libre disposition de leur corps, ...

Quant aux montages divers autour du Parlement, de la Commission et autres instances, ils consacreraient la dépossession des peuples de tout pouvoir et seraient une démocratie de supercherie. Quant à une éventuelle révision du traité à la demande des peuples, elle serait cadenassée et soumise au bon vouloir d'une Commission non élue au suffrage universel direct, au service des gouvernants des Etats membres !!!

Cette Europe est tout sauf démocratique, populaire, pacifique, progressiste. Quant à son caractère laïc, on est en droit d'en douter. Même si l'on a échappé dans ce texte « aux origines chrétiennes de l'Europe », on ne peut qu'être révoltés des comportements des dirigeants et des medias à leur service lors de la mort du Pape.

Peu de peuples ont l'occasion de se prononcer directement sur ce traité constitutionnel. Preuve de la défiance de nombre de dirigeants d'Etats membres. On le comprend lorsqu'on se souvient de la forte abstention puis du rapide désenchantement des peuples des nouveaux pays adhérents à qui on avait promis bonheur et liberté.

C'est trop pour nous. Ces points énoncés ci-dessus constituent la ligne de rupture, les points nécessaires et suffisants pour rejeter un tel texte.

Pour toutes ces raisons, notre NANI se singularise du non souverainiste de droite comme de gauche. Il se singularise également du non d'une gauche et d'une extrême gauche françaises empêtrés dans des conceptions jacobines d'avec lesquelles ils devront bien rompre.

Avec cette campagne anti-traité constitutionnel, l'organisation ANARAM AU PATAC a l'occasion de mettre en avant ses vues sur le combat occitaniste à mener, sur la société occitane, sur l'Occitanie libre, unie et reconnue. Elle a aussi l'ambition de contribuer à la critique radicale du pouvoir, de ses racines historiques, idéologiques, ethniques, linguistiques, culturelles et politiques.

Nous ne sommes pas seuls sur cette voie, le 1er mai dernier en a témoigné avec la présence à nos côtés des Bretons d'Emgann, des Catalans d'En Davant, des Castillans d'Izquierda Castillana, des Aragonais de Chobenalla Aragonesista et des Basques d'Ezezkoaren Aldeko Ekimena, pour faire vivre dans cette rencontre véritablement internationaliste, l'embryon d'une autre Europe solidaire, respectueuse des peuples.

L'Europe qui nous est proposée ne soulève aucun enthousiasme, c'est le moins que l'on puisse dire. La colère sociale, les résistances politiques et culturelles croissent face à une réelle paupérisation de masse. Les peuples aspirent à une vie décente, non accaparatrice des richesses des pays en voie de développement et non destructrice de l'environnement, à la démocratie. Voter NANI est pour notre organisation ANARAM AU PATAC un moment important de la résistance à construire et de la lutte pour notre liberté à nous peuple occitan et pour celle de tous les peuples avec ou sans Etat.

 

http://pagesperso-orange.fr/anaram/porc.jpghttp://pagesperso-orange.fr/anaram/hortalessa.jpghttp://pagesperso-orange.fr/anaram/punt_feminista.gif

 

ARGUMENTAIRE


POUR LE NON


ON À L’EUROPE DU CAPITAL ET DES ÉTATS ! CONSTRUISONS L’EUROPE SOCIALE DE TOUS LES PEUPLES

Les bourgeoisies capitalistes de l'Union Européenne s'apprêtent à se doter d'un traité constitutionnel dans le but d'affirmer toujours davantage leur puissance économique et politique face aux U.S.A, Japon, Chine... dans la lutte pour l

'accaparement des richesses, l'exploitation des peuples, la domination du monde.

Le peuple Occitan, comme tous les peuples et plus particulièrement ceux privés de leur Etat national et niés dans leur identité, n'a rien à attendre d'un texte qui ne lui reconnaît aucun de ses droits fondamentaux.

Par delà quelques principes moralistes ce traité vise à entériner les traités libéraux passés (Maastricht, etc.). La constitution proposée confirme la prédominance des intérêts capitalistes sur ceux des peuples. Elle confirme la place des Etats comme véritables et seuls interlocuteurs.

ANARAM AU PATAC, MOUVEMENT REVOLUTIONNAIRE DE LA GAUCHE OCCITANE, REFUSE CETTE EUROPE CAPITALISTE, IMPÉRIALISTE, SÉCURITAIRE ET MILITARISTE.

Contre ce traité constitutionnel,

Pour une Europe de paix, de justice sociale, une Europe de tous les peuples, y compris les peuples sans Etat,

Pour une autre Europe et un autre monde,

NON au traité constitutionnel ! ! !

Luttons pour une Europe anti-capitaliste et anti-impérialiste, de justice sociale, de démocratie au service de tous les peuples.

I - NÉGATION DES DROITS DU PEUPLE OCCITAN ET DE TOUS LES PEUPLES SANS ÉTAT

Nous, Occitanes et Occitans n'avons aucun droit reconnu et garanti par cette constitution européenne, nous ne figurons pas dans le texte. Seuls les Etats français, espagnol et italien sous la botte desquels nous nous trouvons, peuvent nous reconnaître ces droits :

droit à la langue occitane comme langue nationale, officielle et première, droit à son enseignement,
droit à l'enseignement dans la langue de la maternelle à l'université,
droit à l'expression de notre culture nationale,
droit à l'autodétermination.
droit à notre unité nationale et politico-territoriale par delà les frontières des Etats et les découpages régionaux,

Cette constitution européenne ne reconnaît pas non plus les droits fondamentaux des autres peuples sans Etat.

Elle défend l'intégrité territoriale des Etats (assurance de l'intégrité territoriale des Etats : art. 1-4), niant le droit fondamental de tout peuple opprimé, celui de l'autodétermination. Sans ce droit, l'indépendance des pays baltes, balkaniques, de la Tchéquie, Slovaquie et de la Slovénie n'aurait pu être possible.

Ce traité est profondément réactionnaire et impérialiste.

Ce que nous appelons " régions ", qui ont différents statuts selon les Etats, d'une simple décentralisation à la française aux autonomies allemandes ou ibériques, n'auront de véritables pouvoirs. Le conseil des régions, n'a qu'un rôle consultatif.

Les droits culturels inscrits dans la constitution sont déjà des références de l'Europe que nous connaissons.

Nos cultures figurent sur la liste dressée par l'UNESCO. Qu'en est-il sur le terrain ?

Oppression et répression : Refus de ratifier la Charte européenne des langues régionales, article 2 de la constitution française, mépris de la langue occitane à tous les niveaux de l'enseignement, culture raillée, folklorisée, marginalisée, négation de notre unité nationale, la liste est bien longue...

Il ne reste au peuple occitan et à tous les autres peuples niés, que le pouvoir et le devoir de mobilisation et de confrontation politique pour attirer l'attention de la communauté internationale et arracher leurs droits.


II - EUROPE POLICIÈRE

Les lois déjà ratifiées renforcent la collaboration entre les Etats dans le contrôle de la population.

Elle rapprochera les dispositions législatives et réglementaires dans le domaine des libertés, de la sécurité et de la justice des Etats membres ; sans préciser les nouvelles références. Il est prévu une coopération opérationnelle des autorités compétentes, y compris des services de police, des douanes,... (art III 269 à III 277)

Cette coopération s'appliquera au niveau judiciaire dans le cadre de poursuites pénales et de l'exécution des peines (Mandat d'arrêt européen,...). Au nom de la lutte contre le terrorisme pourront être fermés des journaux proposant des points de vue différents de ceux du pouvoir en place, pourront être interdits des partis politiques remettant en cause le système économique et politique en vigueur, pourront être emprisonnés des syndicalistes qui s'opposent au système capitaliste.

Cette uniformisation des moyens de répression nous fait envisager le pire : alignement des législations sur les plus dures de l'union, limitation de la liberté d'expression (sur le modèle ibérique, intensification des contrôles policiers...

L'Union se donne le droit de " limiter l'exercice des droits et des liberté, si cela est nécessaire et si ça répond effectivement à des besoins d'intérêt général... " (art...).

En clair, n'importe quelle raison peut être invoquée pour limiter nos droits.

" Les Etats membres s'engagent à améliorer progressivement leurs capacités militaires. Il est institué une agence dans le domaine du développement des capacités de défenses,... " (art I-41-3)

L'UE s'octroie un droit d'ingérence militaire dans un pays tiers pour gestion de crise ou pour servir ses intérêts; L'armée pourra intervenir n'importe ou pour défendre les intérêts du patronat européen. (art I-41 ; III 309 et III 311).

Cette Europe s'engage dans une nouvelle course à l'armement ; et se donne le droit, comme les USA, à s'imposer par les armes où elle le juge nécessaire !

Pour finir, l'Union fait le choix de faire allégeance à l'OTAN et en fait le fondement de sa défense collective. Quand on connaît les positionnements et agissements impérialistes de l'OTAN, et donc des USA, on peut s'inquiéter pour la paix et pour l'avenir.

CETTE EUROPE MILITAIRE, SÉCURITAIRE ET IMPÉRIALISTE, NOUS N'EN VOULONS PAS !!! NOUS VOULONS UNE EUROPE DES LIBERTÉS ET PACIFIQUE !!!


III - DISCRIMINATIONS ET EXPLOITATION SANS LIMITES

- Cette constitution n'effleure les droits de l'Homme, des peuples, que par l'annonce de belles intentions pire laisse la porte ouverte à la remise en cause de certains droits.

- L'article II-62 annonce que " toute personne a droit à la vie ". Sous cette expression, comme c'est souvent le cas, se dissimule de façon pernicieuse, un cadeau aux anti-IVG et autres intégristes d'Europe qui se saisiront de cet article pour demander l'interdiction de l'Interruption Volontaire de Grossesse.

Aucune ligne n'assure le droit à l'IVG, ni le droit de disposer de son corps pour les femmes. L'Irlande et le Portugal, pour ne parler que de ces Etats peuvent poursuivre en ce domaine une politique profondément réactionnaire.

De plus si la constitution annonce que les Femmes et les Hommes sont égaux, concrètement aucune garantie n'est donnée sur les domaines de l'égalité des salaires, etc. Pire aucun article ne fait référence aux violences subies par les femmes, violences qui sont une des principales causes de décès des femmes !!!

- Ce traité entérine l'Europe forteresse dans la continuité des accords de Schengen.

Si elle ouvre ses frontières intérieures, l'Europe durcit le contrôle de ses frontières extérieures. Elle cautionne la mise en place de quotas. Elle ne prend aucune mesure conservatoire des droits les plus favorables aux personnes demandant l'asile. Pire, elle envisage le partenariat avec des pays tiers pour gérer le flux des personnes demandant l'asile, ou une protection subsidiaire. (art. III 266-2-g). Elle met en place des barbelés sans jamais se soucier du sort dramatique de milliers de personnes candidates à l'immigration et qui pour beaucoup le payent de leur vie. (chaque jour, une barque de 40 places, s'échoue vide d'occupant sur les plages des Canaries...)

Cette Europe n'envisage aucunement un quelconque droit de vote des personnes étrangères. Les travailleurs (ses) d'origine " étrangère ne seront pas égaux non plus face au droit du travail (aucun article n'y fait allusion)...

Enfin, l'Europe renverra bien entendu toute personne qui ne remplit pas ou plus les conditions d'entrée ou de séjour dans l'un des Etats membres. Selon ses besoins en main d'oeuvre elle gardera ou renverra des personnes comme de vulgaires kleenex.

Ce traité prend le parti de traiter la " personne étrangère " soit comme un criminel ou un indésirable, soit comme de la main d'oeuvre corvéable, exploitable et expulsable.

DE CETTE EUROPE NÉGRIÈRE ET SEXISTE NOUS N'EN VOULONS PAS ! NOUS VOULONS UNE EUROPE SOLIDAIRE, HUMAINE, TERRE D'ASILE !


IV - SYSTÈME CAPITALISTE

La plupart des articles reprennent les traités commerciaux existants. Les personnes sont officiellement libres de circuler, surtout pour suivre les délocalisations, être exploitables et corvéables à merci. Rien sur l'obligation d'assurer aux peuples le minimum vital, le travail, le logement, la santé, l'éducation pour tous et toutes...

Dès son préambule, la constitution annonce son orientation : le marché est prioritaire face à l'être humain. La charte des droits fondamentaux composée d'une cinquantaine d'articles, (art II 61 à II114) est en deçà de la Déclaration des Droits de l'Homme.

Ce document se positionne clairement pour la flexibilité du travail ; l'Union doit former une main d'oeuvre qualifiée pour répondre rapidement aux besoins des entreprises capitalistes. Et donc, l'article III-209 s'en remet au marché pour favoriser l'harmonisation des droits sociaux !! Aucune durée légale du travail n'est posée. Pour le droit de grève ou la protection des travailleurs (ses), c'est la législation des Etats qui prédomine ; aucune harmonisation n'est prévue (art II-88 et II-90), encore moins sur la base du droit du travail le plus avancé.

Le droit à la protection sociale est tout juste reconnu ; (art II-94) ; rien ne garantit le maintien du système de solidarité ; les prestations de sécurité sociale pourront être assurées par des entreprises ou assurances privées, fonds de pension,. C'est la porte ouverte à la privatisation des systèmes de solidarité, qui à court terme précarisera encore davantage les populations les plus démunies.

L'article III-122 sonne le glas d'un véritable service public instaurant un " Service d'intérêt économique global ". L'objectif du service public n'est pas la rentabilité ; au contraire, il permet de garantir à chaque personne des droits élémentaires : droit à l'éducation, à la santé, " au progrès ", d'évidence l'intérêt économique n'est pas l'intérêt des Humains ! C'est le coeur même du tissu social qui est touché : suppression de bureaux de poste, de lignes ferroviaires, d'hôpitaux, d'écoles, privatisation de la distribution d'énergie (EDF, GDF, ...)

Les volets qui concernent l'agriculture, la pêche, l'industrie, le tourisme sont traités du point de vue économique et de la pure rentabilité; (art III 225, 232, 279) ;

NOUS NE VOULONS PAS DE CETTE EUROPE DES CAPITALISTES ! NOUS VOULONS UNE EUROPE DES PEUPLES, UNE EUROPE SOCIALISTE !


V - LA DÉMOCRATIE SUPERCHERIE

Le fonctionnement de l'union est antidémocratique, cadenassé. Si cette constitution est approuvée, il sera très très difficile de la réviser.

L'Europe est et sera gouvernée par des instances non élues au suffrage universel direct : le conseil européen, le conseil, la commission, et la Banque Centrale Européenne.

Le parlement, élu au suffrage universel direct se contente de voter les lois et d'adopter le budget ; avalise la nomination du président de la commission nommé par le conseil européen et peut censurer la commission.

La BCE, institution opaque et non soumise aux décisions du peuple, définit et met en oeuvre la politique monétaire de l'union ; taux d'inflation, nombre de liquidité. Elle agit conformément aux principes d'une économie de marché. (art III-185) elle est seul maître à bord.

L'art.I-47-4 aborde le thème de la " démocratie participative " : " Des citoyen(ne)s, au nombre de un million de ressortissants(ses) et d'un nombre significatif (ndr ? ? ?) d'Etats membres, peuvent prendre l'initiative d'inviter la commission, à soumettre une proposition appropriée sur des questions pour lesquelles ces citoyens considèrent qu'un acte juridique est nécessaire aux fins de l'application de la constitution... " ;

En un mot, c'est la démocratie supercherie ! un million de citoyen(ne)s de différents états (dont la loi définira le nombre...) peuvent faire une proposition dans des domaines restreints; proposition qui sera censurée ou validée par une institution qui n'est pas élue au suffrage universel direct, qui selon son bon vouloir la proposera ou non à la discussion.

Nous devons avoir conscience que si cette constitution est validée, il sera extrêmement difficile ; voire impossible d'y revenir dessus, tellement elle est verrouillée ; Nous serons définitivement engagé(e)s dans une Europe au visage inhumain ! (art IV-443)

Pour modifier, ne serait-ce qu'un article, il faudra : Consulter le parlement et la commission, puis le conseil européen ; le président du conseil convoquera une convention (parlementaires nationaux, chefs d'Etats et de gouvernements, du parlement et de la commission). (La BCE sera consultée pour un changement dans le domaine monétaire). La convention examine la proposition, et adopte par consensus une recommandation. Enfin les Etats devront à l'unanimité accepter le changement... Un seul Etat pourra faire blocage, alors que les peuples ne seront pas consultés.


VI - REJET DE LA LAÏCITÉ

" L'union respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les églises et les associations, ou communautés religieuses dans les états membres "... " Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l'union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations ".

La convention reconnaît ouvertement le statut des églises,... et compte entretenir des relations étroites avec celles-ci ; d'autant plus qu'elle reconnaît leur contribution spécifique ! Ce lien privilégié entre l'union et les églises chrétiennes sort la religion du domaine privé . Cet article répond aux exigence de l'Eglise catholique et de politiciens réactionnaires qui revendiquent une Europe chrétienne,... voire blanche.

Aucune référence n'est faite à la laïcité, ni même à la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Aucune référence n'est faite à la lutte des peuples pour se libérer de la domination religieuse.

Alors que l'Etat français est parti en croisade au nom d'une laïcité intégriste, elle s'apprête à redonner à l'Eglise chrétienne une place politique digne de l'ancien régime.

NOUS NE VOULONS PAS UNE EUROPE DES SOUTANES, DES CULS BÉNIS ET DE LA CURAILLE ! NOUS VOULONS UNE EUROPE LAÏQUE RESPECTUEUSE DES CROYANCES DE CHACUN Y COMPRIS DES ATHÉES

Sur le chemin de la conquête de nos droits fondamentaux se trouve aujourd'hui ce traité constitutionnel qui ne peut que nous apporter des privations de libertés et notre négation pure et simple.

DISONS NON !!!

A ce traité, parce que nous disons NON aux bourgeoisies impérialistes de l'Union européenne et à leurs alliés,

-Le non de la gauche française, alignée sur l'impérialisme et le chauvinisme français, s'attache principalement à la dénonciation du côté libéral, aux questions sociales de la constitution européenne en faisant totalement abstraction à la formation d'une Europe forteresse armée jusqu'aux dents ; une Europe raciste et oppressant les peuples sans état constituant l'Europe.

-les socio démocrates occitanistes qui ne veulent voir dans l'Union européenne qu'un contournement possible de l'Etat français, alors que le contenu de classe de cette Union européenne et de ce traité nous ôtent toute illusion quant à nos droits.

Pour toutes ces raisons :

VOTONS NON LE 29 MAI 2005

http://pagesperso-orange.fr/anaram/010505-1.gifhttp://pagesperso-orange.fr/anaram/010505-4.gif

http://pagesperso-orange.fr/anaram/010505-7.gifhttp://pagesperso-orange.fr/anaram/010505-3.gif

 


Prèsa de paraula d'AAP tau 1èr de mai de 2005 :

Adishatz a tots e totas,
Que v'arremerciam : monde, delegacions.

En aqueste 1èr de mai, jornada de luta internacionau, Anaram Au Patac, en tant que movement revolucionari de l'esquèrra occitana, que vòu tornar ahortir la soa oposicion a aqueth sistèmi qui mespres tostemps mei los pòbles e las personas. E aquò entà acontentar l'enriquesiment de las classas gavidairas.
Que rejetam aqueth sistèmi ultrà liberau qui plaça los interèsts financèrs au dessús de'us deus pòbles, de las personas o de l'environament.
Lo 29 de mai qu'averam de's prononciar sus la societat qui volem doman.
Nosautes e nosautas d'Anaram Au Patac qu'aperam a votar NANI au tractat constitucionau european, ptr'amor ne harà pas que mantiéner l'estatut cò e lo sordeish guastar mei la situacion actuau.

La 1èra rason qui'ns possa a votar NANI qu'ei l'illisibilitat deu tèxte. Los qui lo redigèn qu'an deliberament volut que arrés n'ac lejosse.

En mei, lo pòble occitan e los autes pòbles minorizats n'an pas arren d'esperar d'aqueste tèxte.
Lo dret a l'autodeterminacion, arreconeishut en 1966 per l'ONU, n'i ei pas briga citat.
Los estats que son confirmits dens la lor integritat, darrèr las termièras, en barrar la pòrta a tot desiri d'emancipacion.
Tà la lenga nosa, que contunharà d'estar mespresada per l'estat francés e per l'union europeana.
Los drets fondamentaus deu pòble occitan que contunharàn d'estar escarnoits e nat recors non serà possible.

Aquera Euròpa que s'a pres lo partit de gravar dens lo marme ua sola vision de l'aviéner : l'ultrà liberalisma... e que barra la pòrta a tota auta alternativa.
Aqueste tèxte estosse adoptat, que subiram donc, entà decenias, l'economùia sociau deu mercat haut competitiva, qui a per objectiu un mercat interior on la concurréncia ei liura e non faussada.

Espiam l'actualitat; que parla d'era quita : 
En Alsacia, salariadas d'ua PME que's veden proposar com reclassament un emplec en Romania pagat 110 euros brut per mes. Lo Medef que se'n pòt arregaudir, lo nivelament per lo baish qu'a ja començat.
Aqueth tèxte que hè sagnar los servicis publics, non fixa pas nada durada legau deu tribalh, ni quitament un atge minimom d'escolaritat obligatòria.
Las prestacions sociaus que poderàn estar asseguradas per enterpresas privadas !
Brèu, aqueth tractat que ns'embarrarà dens lo modèu american o los mei praubes que seràn relegats au rang deus ciutadans de dusau zòna.
Aqueth sistèmi que permet au PDG de Carrefour d'estar licenciat dab ua indemnitat de 39 milions d'euros... çò qui representa mei de 2 500 ans a l'esmic; quan au medish moment los salariats de Carrefour e's veden refusar ua augmentacion salariau de 50 euros brut per mes.

Au nivèu paisan lo tractat constitucionau european que torna préner mot per mot lo tractat de Roma qui data de 1950.
E los redactors deu tèxte ignoran que'n 55 ans la situacion agricòu a evoluada ?
Aquera destruccion de l'emplec agricòu, devath los trucs deu capitalisma, que's traduseish per la mort lenta de regions numerosas e per l'explosion de las vilas.

Au nivèu militari, l'union europeana que torna obrir la correguda l'armament.
Tots los estats membres que s'engatjan a augmentar la lor capacitat militara entà poder interviéner dens país tièrs en cas de crisi o entà servir los interèsts de l'union.
Que hè aleujança a l'OTAN e que'n hè la basa de la soa defensa collectiva.
Que refusam aquera Euròpa qui's balha lo dret d'implantà's militarament on bon la sembla !

Aqueth tractat qu'ei ua longa lista d'atacas en règla contra las libertats e los drets nostes : 
Lo dret au divòrce n'i ei quitament pas inscrivut, lo dret de las hemnas a dispausar librament deu lor còs tanpòc.
ordeish, un article que deisha la pòrta alandaa a as gesticulacions deus anti IVG dab la referéncia au dret a la vita.
Nada referéncia n'ei hèit a la laicitat, ni tanpòc a la separacion de la glèisa e de l'estat.
D'auta part, dens l'annexe A, qu'i ei estipulat que la mort n'ei pas infligida illegaument quan intervien au parat d'ua arrestacion regulara o entà empachar l'evasion d'un detiengut, o.. entà reprimir ua susmauta o ua insureccion !

Las personas qui demandan asili que poderàn estar arcuelhudas hòra termièras de l'union. Aquiu los estats europeans que's destacan deu lor dever de proteccion de cap tà las personas en dangèr dens lo lor país d'arradics.
E l'opinion publica ne's poderà pas mobilizar entà personas de las quaus ignoran dinc a l'existéncia.

Entà AAP, lo noste non qu'ei Occitan, Anticapitalista, Internacionalista, Antifashista e Autogestionari.

Que refusam l'idea d'ua "França ua e indivisibla", centralizatritz, com modèu politic definitiu.
Autant com refusam l'idea que lo capitalisma ei l'unic modèu economic possible entà l'euròa e entà tot lo monde.

Uei lo dia ne demora pas qu'au pòble occitan e aus autes pòbles negats, que lo poder e lo dever de mobilizacion e de confrontacion politica. Entau noste aviéner, que devem establir un rapòrt de hòrça alternatiu e constructiu.

Aquò dit que v'invitam donc a participar activament a aquera campanha de refús deu tractat constitucionau.

Ua auta Euròpa n'ei pas sonque possibla, mes qu'ei tanben necessària.

Entà ua auta euròpa, lo 29 de mai, qu'anaram, e qu'anaratz votar e que voteram NANI au tractat constitucionau european.

E visca l'Euròpa sociau deus pòbles !

 

http://pagesperso-orange.fr/anaram/afica_leng.gif

 

Veuillez svp indiquer le montant

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

festenal de montcuc 2011



Nouveautés

25 de noveme, Jornada internacionau au contra de las violéncias cap a las hemnas : un jorn n'es pas pro, lutam cada dia au contra deu patriarcat ! Aquesta annada lo 25 de noveme qu'es marcat dens l'estat francés per la mesa en plaça d'ua campanha au contra deu forçament. Qu'encoratjam plan evidentament aquesta iniciativa e que la consideram com estar de las bonas.
Totun nosautes, hemnas occitanas, militantas de Libertat que volem brembar que la violéncia de genre ne s'estanca pas aus hèits de violéncia fisica enqüèra malurosament plan tròp numerós.

Lire la suite...