Hesta nacionau deu Vascoat La capitala vasca Iruña (Pamplona) a arcuelhut aqueth dimenge 5 d’abriu era celebracion deth ABERRI EGUNA (jornada de la patria Vasca) organisada peu colectiu de l’esquèrra independentista INDEPENDENTISTAK. Colectiu qui amassa enter autes eths partits politics SORTU e EH BILDU, eth sindicat LAB, qu'an afirmat qu’ei eth moment deu cambiament entau Vascoat de cap taus Estats francès e espanhòu sia vienut e que l’unica via tà decidír son aviéner politic, economic e sociau sia er'independéncia.

Mei de 10 000 personas qu’an participat en aquera celebracion revendicativa qui’s debanè en un ambient hestiu e popular dens loquau après dera manifestacion, s’an succedit acte politics, un repaish, uns passa-carreras e animacions dens eths estanguets deu còr istoric de la vila. GAZTE MARTXA/HERRIA MUGARI era un aute eveniment que passava en aqueth cap de setmana de Pasca. Ua caminada dera joenessa independentista vasca en montanha suus 3 dias tà júnher en Iruñea er’ABERRI EGUNA desempuish Lekunberri. A l’aperet deras organisacions d’esquèrras dera joenessa vasca ERNAI (Hegoalde, estat espanhòu) e AITZINA (Iparalde, estat francès) responèran 2000 joens . Durant mei de 60 km caminant, 3 dias e nueits de hestà e luta ensenhèn era loa determinacion entà bastir un paìs libre e anar cap ad er'independència.

En un acte finau eth dissabte on LIBERTAT èra invitat en solidaritat internacionau, ERNAI e AITZINA an hèit ua video istoric deras 40 annadas passadas de luta deu Vascoat e aumenatge tad eras victimas de la repression. En préner era paraula en forças occasions qu'an brembat « qu'era joenessa ei era clau entà bastir un avièner per'mor que luta e que transforma eth present. Un trebalh deth dia a dia, de vilatge a vilatge, de barri a barri on era ilusion, era desirança, era hòrça, eth compròmis, eth sens critìc… hèn e influençan cadascuna e cadascun com an d'influençar en la construccion d’un paìs libre dab personas libras ». Unas personas libras dab ua consciéncia de classas, sabers, ua solidaritat internacionau e un respècte mutuau entà las personas shens discriminacion cap au son genre e ad era origina.

« Gota a gota com ua mar, cadascun e cadascuna hasem un pòble e units qu’èm invencibles »

 

 

Aberri Eguna 2015 – Fête nationale du Pays Basque. La capitale basque Iruña (Pampelune) a accueilli ce dimanche 5 avril la célébration de l'ABERRI EGUNA (journée de la patrie basque) organisée par le collectif de la gauche independentiste INDEPENDENTISTAK.Collectif qui rassemble entre autres les partis politiques SORTU e EH BILDU, le sindicat LAB, et qui a affirmé que le moment du changement pour le Pays Basque face aux Etats français et espagnol est venu et l'unique voie pour décider de son avenir politique, économique et social c'est l'indépendance.

Plus de 10 000 personnes ont participé à cette célébration revendicative qui se déroula dans une ambiance festive et populaire. Ambiance dans laquelle après la manifestation se sont succédé des actes politiques, un repas, des défilés, et des animations dans les bars du centre historique de la ville. GAZTE MARTXA/HERRIA MUGARI était un autre évènement qui se passait en fin de semaine de Pâques. Une randonnée de la jeunesse independentiste basqueen montagne sur 3 jours pour rejoindre à Iruña l'ABERRI EGUNA en partant de Lekunberri. A l’appel des organisations de gauche de la jeunesse basque ERNAI (Hegoalde, Etat Espagnol) et AITZINA (Iparralde, Etat Français) répondirent 2000 jeunes . 60Km de marche, 3 jours et 3 nuits ont montré leur détermination à bâtir un pays libre et aller vers l'indépendence.

Dans un acte final le samedi où LIBERTAT était invité en solidarité internationaliste, ERNAI et AITZINA ont diffusé une vidéo des 40 dernières années de lutte au Pays Basque en hommage aux victimes de la répression. Prenant la parole en à plusieurs reprises ils ont rappelé « que la jeunesse est la clé pour bâtir un avenir parce qu'elle lutte et transforme le présent. Un travail au jour le jour, de village en village, de quartier en quartier où l'illusion, le désir, la force, le compromis, le sens critique… font et influencent chacune et chacun ils doivent influencer la construction d’un pays libre avec des personnes libres ». Des personnes libres avec une conscience de classe, des savoirs, une solidarité internationaliste et un respect mutuel entre les personnes sans discrimination de genre ou de faciès.

« Goutte à goutte comme une mer, chacun et chacune faisons un peuple e unis et unis nous sommes invincibles. »