(oc e fr plus bas)
Mentre que Libertat sia devath los trucs deu poder judiciari entad aver enter autas causas defenut lo dret d'estudiar en occitan, lenga istorica deu noste pòple e d'aqueth territòri, ua auta escòla que coneish auvaris.

 La Libre Pensée gropuscule Lambertiste tesicada per ua caricatura laïcarda de la laïcitat, entenetz aquiu la defensa dinc a hartèra deu republicanisme, ideologia dominanta de la borguesia franchimanda, que s'ataca a la sola Calandreta deu Lemosin. Aquera associacion qui hè l'amalgame enter escòla confessionau e escòla laïca e a gratis en lenga minorizada n'a pas com objectiu que d'estar los auxiliaris policiers de l'Estat centrau.

En emparà's sus la lei francesa qui empacha lo finançament d'escòlas privadas, qu'an atacat la Calandreta qui ei estada subvencionada dab moneda deu conselh regionau. La justicia aplicant la lei qu'a condemnat l'escòla a pagar 47000€.

  Mentre que las escòlas occitanas sian finançada a màger part peu benevolat e que combaten contra los problèmas financèrs a contunhar, ajornant numeros projèctes cada an, la petita borguesia qu'a sonque açò tà s'aucupar.

La Republica decadenta que denega los nostes drets nacionaus elementaris, notadament lo d'apréner dens la lenga istorica nosta. La Libre Pensée qu'ei un tròç de l'aparelh ideologic deu capitalisme qui va mudà's mei anar mei en fascisme dab la crisi, pr'amor condemnar atau ua escòla dens laquau 50 mainats estudien tot dia qu'ei anti-culturau, qu’ei ua de las particularitats deu fascisme. tots aqueths gropuscules, com lo Partit Obrer Independant (POI) que son los agents de las reaccion en deféner l'Estat francés. De mei aqueras sectas politicas que van a l'encontre de la volontat populara qui apueja las revendicacions culturaus occitanistas.

Mes la responsabilitat deus sòcis de la causa occitana qu'ei autant gran en acceptar despuish 40 ans totas las escas, totas las trahisons deu poder sens susmautà's, qu'èm tanben los nostes pròpis hossaires. En deishar har lo jòc qui vòu que la non reconeishença de l'occitan per l'Estat francés la nosta lenga sia condemnada, que'ns condemnam nos-medish.

La question occitana qu'ei subertot politica e aquera ataca qu'ac amuisha enqüèra un còp. L'objectiu de Libertat qu'ei de bastir un movement popular en copadura dab la politica politiciana qui ei aquiu sonqu'entà mantiéner lo statu quo. La vielha Republica francesa qu'ei arribada dinc a las limitas istoricas soas, qu'ei a las classas popularas e aus/a las tribalhador(a)s en Occitania de préner lo poder. Qu'ei sonqu'atau que poscam sauvar la lenga e la cultura.

Qu'aperam donc a la desaubediença contra l'Estat francés. La Calandreta deu Lemosin ne dèu pas pagar aquera soma, que dèu passar a l'ofensiva dab los sòcis locaus contra la Libre Pensée e lo hat reservat a la nosta lenga e a la nosta cultura.

Libertat que sostien e que sostienerà tota accion qui anerà dens aqueth sens.

Be n'i a pro deu fatalisme!
La resisténcia qu'ei ua question de dignitat.

…....................................................................................................................

Alors que LIBERTAT! est sous les coups du pouvoir judiciaire pour entre autre avoir défendu le droit d'étudier en Occitan, langue historique de notre peuple et de ce territoire, une autre école Calandreta connaît des déboires.

La Libre pensée groupuscule Lambertiste obsédé par un caricature laïcarde de la laïcité, entendez par là la défense à outrance du républicanisme, idéologie dominante de la bourgeoisie française, s'attaque à la seule Calandreta du Limousin. Cette association qui fait l'amalgame entre école confessionnelle et école laïque e gratuite en langue minorisée n'a pour but que d'être les auxiliaires policiers de l'Etat central. En s'appuyant sur la loi française qui interdit le financement d'écoles privées, ils ont attaqué la Calandreta qui a été subventionnée par l'argent du conseil Régional. La justice appliquant la loi a condamné l'école à rembourser la somme énorme de 47000e.

Pendant que les écoles occitanes sont financées en grande partie par le bénévolat et se débattent dans d'incessants problèmes financiers, ajournant de nombreux projets par an, la petite bourgeoisie libre pensante n'a que ça à faire.

La République décadente s'obstine à nier nos droits nationaux élémentaires, notamment celui d'apprendre dans notre langue historique. La libre pensée est une petite partie de l'appareil idéologique du capitalisme qui va se muer de plus en plus en fascisme avec la crise, car condamner comme cela une école dans laquelle 50 enfants étudient tous les jours c'est bien de l'anti-culture, une des particularités du fascisme. Tous ces groupuscules, comme le Parti Ouvrier Indépendant (POI) sont des agents de la réaction en défendant l'Etat français. De plus ces sectes politiques vont contre la volonté populaire qui appuie largement les revendications culturelles occitanistes.
Mais la responsabilité des militants de la cause occitane est aussi grande, en acceptant depuis 40 ans toutes les vexations, toutes les trahisons du pouvoir sans se rebeller, nous sommes aussi nos propres fossoyeurs. En acceptant le jeu qui veut que par la non reconnaissance de l’occitan par l’Etat Français notre langue soit condamnée, nous nous condamnons nous même.

La question occitane est avant tout politique et cette attaque le démontre encore une fois. Le but de Libertat! est de construire un mouvement populaire en rupture avec la politique politicienne qui n'est là que pour maintenir le statu quo. La vieille République française est arrivée à ses limites historiques, c'est aux classes populaires et aux travailleurs en Occitania à prendre le pouvoir. C’est seulement comme cela que nous pourrons sauver notre langue et notre culture.

Nous appelons donc à la désobéissance contre l'Etat français. La Calandreta du Limousin ne doit pas rembourser cette somme, elle doit passer à l'offensive avec les militants locaux contre la Libre pensée et le sort réservé à notre langue et notre culture.

LIBERTAT ! soutient et soutiendra toute action qui ira dans ce sens.

 

Assez du fatalisme !

La resisténcia qu’ei ua question de dignitat !